Carême 2021 : Lettre du 2ième dimanche

Télécharger la lettre

Lorsque je médite les textes du dimanche, il peut m’arriver de m’arrêter sur un mot et de réfléchir sur ce que nous sommes invités à vivre. La première lecture d’Abraham a été l’occasion d’essayer, en ce temps de crise sanitaire, psycho-sociale, politique et économique de comprendre le sens de l’épreuve et de m’interroger. Pourquoi la dixième épreuve d’Abraham, qui demande le sacrifice d’Isaac ? Quel est le sens du message dans ce temps de carême ? Comment le Dieu de la vie voudrait-il la mort de celui par qui la génération nombreuse a été pourtant promise ? Qui est mis à l’épreuve, Abraham ? Isaac ? Autant de question qu’il nous faut percevoir dans le texte ; néanmoins l’épreuve, liée à une dimension de souffrance, a une place particulière dans l’approche de notre relation avec Dieu.

 

« Dieu mit Abraham à l’épreuve. » Mettre à l’épreuve c’est rendre compte de sa liberté, or la foi est une adhésion au Christ Sauveur. L’engagement qui nous est demandé dans la foi est toujours radical, c’est-à-dire une dépossession de tout pour s’engager dans une vraie relation à Dieu, celle de la gratuité de l’amour, celle du don tel que le Sauveur nous l’a montré pleinement et complètement dans son incarnation, sa passion et sa résurrection. « « Nous croyons à » Jésus, quand nous acceptons sa Parole, son témoignage, parce qu’il est véridique[i]. « Nous croyons en » Jésus, quand nous l’accueillons personnellement dans notre vie et nous nous en remettons à lui, adhérant à lui dans l’amour et le suivant au long du chemin[ii] »[iii]. Or, nous mettre en chemin est un dépouillement et, en même temps, la richesse de la rencontre lumineuse de sa présence. Car, au moment opportun, Il peut se révéler pleinement comme le Fils de l’homme. « Pour nous permettre de le connaître, de l’accueillir et de le suivre, le Fils de Dieu a pris notre chair, et ainsi sa vision du Père a eu lieu aussi de façon humaine, à travers une marche et un parcours dans le temps. »[iv] Dans cette marche que nous expérimentons dans le désert, c’est l’espace-temps qu’il nous faut réapprendre à connaître, dans les cycles qu’il nous est proposé de vivre à travers nos réalités humaines. L’épreuve consiste à prendre cette liberté, dans les limites que nous avons, pour reconnaître en Dieu notre Salut.

 

La tentation est d’un autre ordre, puisqu’elle part d’un désir détourné de Dieu, ou pire encore du Tentateur. Mais la tentation, qu’elle vienne de la folie de l’homme de se croire comme des dieux, ou du Tentateur, conduit à une impasse. Il nous faut comprendre alors la tentation comme une invitation au péché, ce qui est diamétralement opposé au don de grâce de l’épreuve, même si les apparences semblent les mêmes. Le Séducteur sait travestir la réalité, pour nous tenter. Le discernement devra alors, par l’accompagnement spirituel, porter attention à ce que nous éprouvons.

 

Le terme épreuve interroge l’intelligence de la foi, pour la différencier de la tentation. Ce n’est pas une notion intellectuelle, mais une pratique : comment vivons- nous la situation ? Si nous faisons confiance à Dieu et continuons de le contempler malgré les vents contraires, alors nous sommes dans l’épreuve, cherchant le sens de ce que nous devons vivre, en persévérant dans la prière et en méditant les Écritures, prompts au service fraternel. Si nous commençons à mettre Dieu en accusation, que nous justifions l’éloignement, ou nous laissons la voix de l’Adversaire s’insinuer dans notre cœur et donc manquer de ferveur envers Dieu, voire se défier de Lui et des hommes, alors nous sommes dans la tentation. L’épreuve entraîne une purification pour une joie lumineuse. La tentation pousse à l’aigrissement, au cynisme et à l’abandon dans le rejet de l’œuvre de Dieu.

1     L’épreuve comme catéchèse de la relation

 

On peut comprendre l’épreuve comme un lieu de rencontre avec Dieu, dans la réalité profonde de notre amour, un examen de conscience des choix que nous posons, en corrélation avec notre foi. C’est-à-dire une conscience de Dieu en nous, qui oriente notre vie et tout ce que nous faisons, quelles qu’en soient les situations. Peu importe les circonstances, Dieu doit toujours être premier dans la réalité du moment. « La foi dans le Fils de Dieu fait homme, en Jésus de Nazareth, ne nous sépare pas de la réalité, mais nous permet d’accueillir son sens le plus profond, de découvrir combien Dieu aime ce monde et l’oriente sans cesse vers lui ; et cela amène le chrétien à s’engager, à vivre de manière encore plus intense sa marche sur la terre. »[v] L’épreuve est donc là pour vérifier notre foi d’une part, mais aussi pour nous remettre face au principe de réalité, ce qui nous manque tant aujourd’hui… il n’y a qu’à voir le débat sur la théorie du genre. Cette réalité du quotidien doit faire le choix de Dieu et orienter notre marche vers la grande espérance du Salut car, dans l’épreuve, il n’y a qu’une révélation en profondeur de tout notre être.

Voulons-nous vivre vraiment avec Jésus ? C’est la différence entre les soldats qui défendent la patrie, et le mercenaire qui est payé pour défendre un territoire, mais qui se sauve dès que le combat devient trop radical (‘parce qu’il n’est pas payé pour ça’). Dieu nous éprouve pour nous donner la vie : « heureux l’homme qui supporte l’épreuve avec persévérance, car, sa valeur une fois vérifiée, il recevra la couronne de la vie promise à ceux qui aiment Dieu. »[vi] La récompense est la réponse de l’amour de Dieu à notre amour, dans la profusion de ses dons. Il nous a aimés le premier et il demande une réponse de notre part. Si, en serviteurs fiables nous répondons présents, alors Il peut nous donner en héritage bien d’autres biens, puisque nous savons être féconds. L’épreuve est l’espace d’une fécondité spirituelle, d’une maturité de la foi qui nous fait progresser dans la vérité de l’amour en grandissant dans la vérité. « Si l’amour n’a pas de rapport avec la vérité, il est soumis à l’instabilité des sentiments et il ne surmonte pas l’épreuve du temps. L’amour vrai, au contraire, unifie tous les éléments de notre personne et devient une lumière nouvelle vers une vie grande et pleine. »[vii] A travers le passage de la Mer Rouge, il y a une confiance en Dieu absolue, traversant la mer tout en sachant l’instabilité de celle-ci. Mais c’est Dieu qui fait et nous marchons avec courage et persévérance à sa rencontre.

 

2     L’épreuve, une pédagogie de l’espérance ?

L’épreuve est le lot des justes qui suivent la loi de Dieu, mais plus encore de tout homme dans sa condition humaine qui connaît l’adversité comme processus de croissance. C’est l’épreuve du “non” à sa toute-puissance, pour grandir face à ses parents et intérioriser l’interdit comme lieu de structuration. C’est l’épreuve de la relation avec les camarades, puis la sphère sociale dans les abandons, les violences et les reniements. C’est l’épreuve du sens de la vie dans le travail effectué, à travers la maladie ou l’affrontement à la mort. Autant de questionnements qui, dans la tourmente de la pandémie, interrogent notre espérance. « L’espérance de la béatitude est un puissant motif pour endurer patiemment les adversités passagères et relatives de cette vies terrestre »[viii] parce que le bonheur se trouve dans la réalisation de la grande espérance du Salut. “Tout passe” nous dit sainte Thérèse et l’épreuve demande que nous soyons patients pour laisser Dieu agir en temps voulu. Néanmoins la souffrance dans l’épreuve nous permet d’être configurés au Christ, pour avec Lui vivre cet accroissement de grâce, accueilli comme un bien pour notre sanctification. « Dès lors, dans la mesure où il fait l’expérience de la puissance du Seigneur opérant dans sa faiblesse, le chrétien doit tout ensemble et d’un même mouvement être « joyeux dans l’espérance » et « patient dans la tribulation. »[ix] Dieu se manifeste toujours, mais c’est dans la compréhension de l’ensemble des événements médités dans notre cœur que nous pouvons en saisir le sens. Il ne sert à rien de cliver les moments, ou de s’appuyer sur telle situation passagère pour définir sa vie. Au contraire, il faut relire le sens de la direction pour comprendre la croissance à laquelle nous sommes appelés.

 

Or, la vertu d’espérance est bien de croire que Dieu nous conduit, non seulement dans les choses sensibles et dans le temps qui est le nôtre, mais aussi dans le monde spirituel et pour la vie éternelle. « La grande épreuve de la foi d’Abraham, le sacrifice de son fils Isaac, montrera jusqu’à quel point cet amour originaire est capable de garantir la vie même au-delà de la mort. »[x] L’amour s’appuie sur l’espérance pour orienter toutes nos actions. Notre fidélité en Dieu et l’enracinement dans la foi, la méditation de la Parole comme source de vie, tout prend sens dans l’espérance. « Ni la mort, ni la vie, ni présent ni avenir, rien ne nous séparera de l’amour du Christ »[xi] L’espérance est le lieu d’orientation de tout notre être pour résonner de la Parole de Dieu et ne pas juste être un écho, mais un prolongement harmonieux de cette voix intérieure. Faire ses preuves devant Dieu est alors un chemin d’amour qui nous fait prendre conscience de toutes les possibilités d’agir en conformité avec sa Parole, chacun selon son charisme.

 

L’épreuve fait donc partie de notre chemin d’élection et ne doit pas être lieu d’éviction. « Parler de la foi amène à parler aussi des épreuves douloureuses, mais justement Paul voit en elles l’annonce la plus convaincante de l’Évangile ; parce que c’est dans la faiblesse et dans la souffrance qu’émerge et se découvre la puissance de Dieu qui dépasse notre faiblesse et notre souffrance. »[xii] L’épreuve révèle ainsi la qualité de notre foi et nous engage pleinement dans cette rencontre vivante avec Dieu. C’est par notre histoire et par ce que nous avons vécu que nous suivons le Christ et qu’il est quelqu’un pour nous. Il est mon Seigneur et mon Dieu parce que je L’ai reconnu dans l’épreuve de la croix, en touchant ses mains et en mettant mes mains dans son côté. L’épreuve est le lieu de la réalisation de la promesse lorsqu’on accède avec confiance à la manifestation des signes. « Aussi vous exultez de joie, même s’il faut que vous soyez affligés, pour un peu de temps encore, par toutes sortes d’épreuves ; elles vérifieront la valeur de votre foi qui a bien plus de prix que l’or – cet or voué à disparaître et pourtant vérifié par le feu –, afin que votre foi reçoive louange, gloire et honneur quand se révélera Jésus Christ. »[xiii] Qu’importe ce qui ne tue pas notre saveur avec Dieu. Il nous faut désirer sa rencontre quels que soient les événements. Voir l’épreuve comme une bénédiction, c’est voir l’ensemble de notre vie de foi. Dire que le sacrifice de la croix est une bénédiction c’est absurde en soi, mais dans le plan du Salut et la joie de la résurrection de Pâques, tout cela a du sens, celui de la promesse réalisée et de la rédemption de tous les hommes. L’épreuve en soi ne peut jamais être une bénédiction, mais reliée à la réalisation de la promesse du Salut et sa finalité, elle se révèle être une bénédiction. « Vous le savez, une telle vérification de votre foi produit l’endurance (la persévérance, la patience), et l’endurance doit s’accompagner d’une action parfaite, pour que vous soyez parfaits et intègres, sans que rien ne vous manque. »[xiv]

3     L’épreuve : nuit de combat qui sera lumière de midi ?

 

L’épreuve est un lieu de combat et, dans la victoire, une consolidation du lien avec Dieu. Il y a comme un affermissement de notre responsabilité dans l’action dynamique de nos choix vers l’amour, une sagesse qui s’acquiert dans la pratique de la relation confiante avec Dieu. C’est un lien de plus en plus fort, parce que de plus en plus intime. L’épreuve est alors un chemin de grâce que l’accomplissement de la promesse ouvre avec bénédiction. L’épreuve de la foi est d’adhérer à la promesse de Dieu jusque dans sa radicalité, et donc librement obéir au Seigneur pour connaître une profusion de joie. « Dans le mystère de son obéissance jusqu’à la mort, et à la mort de la croix[xv], s’est accomplie la nouvelle et éternelle alliance. La liberté de Dieu et la liberté de l’homme se sont définitivement rencontrées dans sa chair crucifiée en un pacte indissoluble, valable pour toujours. »[xvi] En fait, l’épreuve dans le temps est un passage pour la réalisation d’une promesse éternelle. Or l’expression de notre liberté se fait à travers des choix et des épreuves, pour continuer en toute chose de choisir Dieu et d’être alignés avec sa volonté.

 

Il nous faut encore relier à l’amour de Dieu cette confiance que nous Lui faisons dans l’histoire de notre vie. « L’amour rend les épreuves plus légères à soutenir ; on accepte volontiers l’effort et la peine pour ceux qu’on aime… Renouvelés quant à leur être intérieur par la charité, les saints se dépouillent de la vétusté du péché et embrassent avec amour les croix qui se présentent à eux. Leur patience est alors invincible. »[xvii] Or, Dieu ne nous impose rien qui soit au-dessus de nos forces, mais nous invite à découvrir la réalité de l’amour en toute situation, pour comprendre que le don est aussi un arrachement lorsqu’il n’est pas reçu par l’autre. L’épreuve est la compréhension d’un désajustement de l’homme. L’appel d’Abraham est alors ce dépassement de l’épreuve une fois encore, pour une confiance absolue en Dieu. Le Tout Puissant appelle à aller au-delà de nos sens, pour laisser la transcendance habiter notre humanité par grâce. Ce n’est pas nous qui faisons mais Dieu, et nous ne sommes que des serviteurs appelés à être fidèles à sa Parole et fiables dans nos actes. Or la fécondité de l’épreuve est justement cette maturation humaine où l’homme intérieur grandit dans son rapport à Dieu, à ses frères et à la création. C’est comme une nouvelle expérience d’intériorité du don de Dieu, qui nous fait découvrir une joie plus profonde et plus intense de son amour. Cette liberté de l’épreuve se reconnaît dans notre faculté à nous tenir à disposition des autres et à vivre une véritable compassion où Dieu est toujours présent. A travers ce qui est vécu et l’humilité de notre situation, nous savons rester en dialogue avec l’autre et sommes attentifs à ce qu’il peut vivre.

 

4     L’épreuve comme confiance en Dieu et appel à la sainteté

Néanmoins, l’épreuve est aussi une meilleure connaissance de soi à travers les situations difficiles et notre capacité à nous abandonner à la volonté de Dieu. Saint Grégoire nous parle de cinq étapes. « Il y a diverses espèces d’afflictions ; autre celle qui frappe le pécheur pour le châtier sans appel ; autre celle qui frappe le pécheur pour qu’il se corrige ; autre celle qui frappe parfois non pour remédier à des fautes passées, mais pour prévenir des péchés futures ; autre celle qui souvent ne frappe ni pour corriger les fautes passées, ni pour prévenir les fautes à venir, mais pour faire aimer davantage la puissance reconnue du Sauveur, une délivrance inattendue succédant à l’épreuve. »[xviii] L’épreuve doit alors être comprise comme une punition lorsque nous avons péché gravement. Elle vient de nos propres turpitudes, mais apparaît comme expiatoire parce qu’elle nous donne d’être réorientés vers Lui, comme le Fils prodigue. Elle est comme une correction, pour nous faire comprendre le chemin de la vie et nous préserver d’un mal futur par une connaissance des conséquences que nous subissons. Elle est un appel à la sainteté, dans sa valeur catéchétique, pour apprendre à savoir nous approcher de Dieu de manière ajustée et comprendre qu’Il est toujours à nos côtés. Mais, parfois, l’épreuve est apologétique, pour nous faire constater la puissance de Dieu et reconnaître Jésus comme notre Sauveur. C’est une manifestation de sa gloire, encore aujourd’hui, parce que Dieu est vie au cœur de notre existence. Enfin, l’amour de Dieu demande la liberté de notre amour et, ainsi, la révélation qu’Il nous donne de vivre dans l’inattendu de sa présence. Il est là, simplement présent au cœur de notre vie, de manière plus visible, plus sensible, parce que nous avons répondu “oui” à son appel de purification, que nous avons ordonné tout notre être intérieur à sa présence et que nous sommes disponibles pour le recevoir dans une foi confiante.

 

Il nous faut comprendre l’épreuve d’Abraham comme un appel à la sainteté intégrale, lui permettant alors de recevoir la promesse de Dieu dans son intégralité. Parce qu’il a cru, et qu’il a fait confiance, parce qu’il n’a pas ri de la promesse, mais l’a accueillie, alors il peut entrer dans la joie des bienheureux à travers cette alliance avec Dieu. Dieu se manifeste pleinement dans sa toute-puissance en rappelant que sa promesse finit toujours par s’accomplir car Il est fidèle. L’épreuve d’Abraham ne peut se comprendre qu’à travers l’alliance proposée, comme lieu de passage de la présence de Dieu, et sa gratuité face à la réponse que nous offrons à son amour. Le dépouillement est le lieu de reconnaissance de nos limites humaines et, en même temps, de l’attente de notre Dieu et Sauveur. « Je te comblerai de bénédictions, je rendrai ta descendance aussi nombreuse… »

 

5     Marie dans l’épreuve

Marie est le modèle de la foi dans l’épreuve, car elle continue de laisser la Parole résonner dans son cœur comme un lieu de rencontre et de dialogue. « La foi obéissante est la forme que sa vie assume en chaque instant devant l’action de Dieu. Vierge à l’écoute, elle vit en pleine syntonie avec la volonté divine; elle garde dans son cœur les paroles qui lui viennent de Dieu et, les ordonnant comme dans une mosaïque, elle se prépare à les comprendre plus profondément[xix]; Marie est la grande croyante qui, pleine de confiance, se met entre les mains de Dieu, s’abandonnant à sa volonté. »[xx]Au milieu des épreuves, elle continue de dire au Seigneur “me voici, je viens faire tes volontés”. Cela demande une maturité de la foi, qui émerge dès Abraham car, plein de confiance, il obéit aux ordres de Dieu. Il expérimente la vie dans l’Esprit et opère un travail de libération, lorsqu’il se met en chemin pour obéir à la voix du Seigneur. « Dans le baptême nous devenons une nouvelle créature et fils adoptifs de Dieu. L’apôtre affirme ensuite que le chrétien a été confié à une « forme d’enseignement »[xxi], auquel il obéit de tout son cœur[xxii]. Dans le baptême, l’homme reçoit aussi une doctrine à professer et une forme concrète de vie qui exige l’engagement de toute sa personne et l’achemine vers le bien. »[xxiii] C’est pourquoi Jésus est poussé par l’Esprit dès son baptême dans le désert, pour expérimenter cette obéissance parfaite à la volonté du Père, malgré les désirs humains et les fragilités de notre condition. De même manière, par anticipation, Abraham est invité à repartir dans le désert, vers le Mont Moriah, afin d’affirmer sa foi dans l’obéissance concrète et sans en connaître l’issue, mais toujours dans ce chemin de confiance avec Dieu.

 

Marie nous montre que le chemin de foi est aussi un chemin d’épreuve, mais toujours pour une maturation plus grande, pour une communion plus profonde, pour un témoignage plus intense. Elle a vécu la vie dans l’Esprit en parfaite docilité à la volonté de Dieu et dans la gratuité de sa présence, toujours disponible au moment opportun. Elle s’est mise au service, et ainsi à traverser les épreuves, pour nous donner l’exemple d’une vie comblée par la présence de Dieu. « Marie, en parfaite docilité à l’Esprit, fait l’expérience de la richesse et de l’universalité de l’amour de Dieu, qui dilate son cœur et la rend capable d’embrasser le genre humain tout entier. Elle devient ainsi la mère de tous et de chacun d’entre nous, mère qui nous obtient la miséricorde divine »[xxiv] C’est pourquoi prier Marie redonne l’élan de notre vie maternelle car, dans la communion des saints, elle est la mère qui ouvre le cœur de son Fils pour accéder à nos demandes et nous parle en rappelant le commandement de l’amour « faites tout ce qu’Il vous dira ».

 

Synthèse

 

            L’épreuve est la manière spirituelle de vivre notre vie en Dieu, alors que la tentation nous fait chercher, dans nos limites humaines et à l’écoute de l’Adversaire, les choix à poser. Certes l’épreuve met à nu notre vie, pour révéler la vérité de l’amour et nous conduire sur un chemin de pleine liberté. Parfois nous défaillons, mais justement, Il envoie un ange marcher devant nous pour garder nos chemins et nous conduire à la septième demeure – celle de l’union promise aux cœurs purs. Le tout est de garder confiance et d’avancer malgré les bourrasques du quotidien, d’être fidèles à nos engagements et de savoir qu’Il est à nos côtés, même dans la nuit la plus obscure. Ce sera notre témoignage. « Ce qui compte – ici comme en tout domaine de la vie chrétienne -, c’est la confiance qui vient de la foi, c’est-à-dire de la certitude que nous ne sommes pas nous-mêmes les protagonistes de la mission mais que c’est Jésus Christ et son Esprit. »[xxv] Que ce soit dans le témoignage de notre foi ou à travers les épreuves que nous traversons, la confiance en notre Sauveur, le Christ Jésus est une force : « si Dieu est pour nous, qui sera contre nous ?»

 

 

28 février 2021 – Père Greg – Curé

Saint Charles Borromée – Joinville-le-Pont

 

 

[i] cf. Jn 6, 30

[ii] cf. Jn 2, 11 ; 6, 47 ; 12, 44

[iii] &18 Lumen Fidei

[iv] &19 Lumen Fidei

[v] &19 Lumen Fidei

[vi] Jc 1,12

[vii] &27 Lumen Fidei

[viii] P 764 Dieu veut-il la souffrance des hommes – Le chrétien devant la souffrance

[ix] P 765 Dieu veut-il la souffrance  op cité – Rm 12

[x] &12 Lumen Fidei

[xi] Rm 8

[xii] &56 Lumen Fidei

[xiii] 1 P1,67

[xiv] Jc 1,3-4

[xv] cf. Ph 2, 8

[xvi] &9 Lumen Fidei

[xvii] P 767 Dieu veut-il la souffrance op cité

[xviii][xviii] P 175 morale de Job – Préface &12

[xix] cf. Lc 2, 19.5

[xx] & 33 Sacramentum Caritatis – Cf. Benoît XVI, homélie pour le 40e anniversaire de la clôture du Concile Vatican II (8 décembre 2005): AAS 98 (2006), pp. 14-19; La Documentation catholique 103 (2006), pp. 66-69.

[xxi] typos Didachè

[xxii] Cf. Rm 6, 17

[xxiii] &41 Lumen Fidei

[xxiv] &120 Veritatis Splendor

[xxv] &36 Redemptoris Missio

Prochains événements