Messes des 23 et 24 mai 2020. Textes, homélie, prière universelle

7ème dimanche de Pâques. Année A

Mot d’accueil :

Ce dimanche nous célébrons encore le mystère pascal qui nous sauve mais dans un « entre-deux » à vivre avec ferveur : le Ressuscité est glorifié auprès du Père et nous avons besoins de son Esprit pour continuer sa mission. Que notre communion en Jésus -Christ affermisse notre foi.

Liturgie de la Parole

Première lecture (Ac 1, 12-14)

« Tous, d’un même cœur, étaient assidus à la prière »

Lecture du livre des Actes des Apôtres :

Les Apôtres, après avoir vu Jésus s’en aller vers le ciel, retournèrent à Jérusalem depuis le lieu-dit « mont des Oliviers » qui en est proche, – la distance de marche ne dépasse pas ce qui est permis le jour du sabbat. À leur arrivée, ils montèrent dans la chambre haute où ils se tenaient habituellement ; c’était Pierre, Jean, Jacques et André, Philippe et Thomas, Barthélemy et Matthieu, Jacques fils d’Alphée, Simon le Zélote, et Jude fils de Jacques. Tous, d’un même cœur, étaient assidus à la prière, avec des femmes, avec Marie la mère de Jésus, et avec ses frères.
– Parole du Seigneur.

Psaume (Ps 26 (27), 1, 4, 7-8)

R/ J’en suis sûr, je verrai les bontés du Seigneur
sur la terre des vivants. 
(Ps 26, 13)

Le Seigneur est ma lumière et mon salut ;
de qui aurais-je crainte ?
Le Seigneur est le rempart de ma vie ;
devant qui tremblerais-je ?

J’ai demandé une chose au Seigneur,
la seule que je cherche :
habiter la maison du Seigneur
tous les jours de ma vie,
pour admirer le Seigneur dans sa beauté
et m’attacher à son temple.

Écoute, Seigneur, je t’appelle !
Pitié ! Réponds-moi !
Mon cœur m’a redit ta parole :
« Cherchez ma face. »

Deuxième lecture (1 P 4, 13-16)

« Si l’on vous insulte pour le nom du Christ, heureux êtes-vous » (1 P 4, 13-16)

Lecture de la première lettre de saint Pierre apôtre :

Bien-aimés, dans la mesure où vous communiez aux souffrances du Christ, réjouissez-vous, afin d’être dans la joie et l’allégresse quand sa gloire se révélera. Si l’on vous insulte pour le nom du Christ, heureux êtes-vous, parce que l’Esprit de gloire, l’Esprit de Dieu, repose sur vous. Que personne d’entre vous, en effet, n’ait à souffrir comme meurtrier, voleur, malfaiteur, ou comme agitateur. Mais si c’est comme chrétien, qu’il n’ait pas de honte, et qu’il rende gloire à Dieu pour ce nom-là.
– Parole du Seigneur.

Évangile (Jn 17, 1b-11a)

« Père, glorifie ton Fils » (Jn 17, 1b-11a)

Alléluia. Alléluia.
Je ne vous laisserai pas orphelins, dit le Seigneur ;
je reviens vers vous, et votre cœur se réjouira.
Alléluia. (cf. Jn 14, 18 ; 16, 22)

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean :

En ce temps-là, Jésus leva les yeux au ciel et dit : « Père, l’heure est venue. Glorifie ton Fils afin que le Fils te glorifie. Ainsi, comme tu lui as donné pouvoir sur tout être de chair, il donnera la vie éternelle à tous ceux que tu lui as donnés. Or, la vie éternelle, c’est qu’ils te connaissent, toi le seul vrai Dieu, et celui que tu as envoyé, Jésus Christ. Moi, je t’ai glorifié sur la terre en accomplissant l’œuvre que tu m’avais donnée à faire. Et maintenant, glorifie-moi auprès de toi, Père, de la gloire que j’avais auprès de toi avant que le monde existe. J’ai manifesté ton nom aux hommes que tu as pris dans le monde pour me les donner. Ils étaient à toi, tu me les as donnés, et ils ont gardé ta parole. Maintenant, ils ont reconnu que tout ce que tu m’as donné vient de toi, car je leur ai donné les paroles que tu m’avais données : ils les ont reçues, ils ont vraiment reconnu que je suis sorti de toi, et ils ont cru que tu m’as envoyé. Moi, je prie pour eux ; ce n’est pas pour le monde que je prie, mais pour ceux que tu m’as donnés, car ils sont à toi. Tout ce qui est à moi est à toi, et ce qui est à toi est à moi ; et je suis glorifié en eux. Désormais, je ne suis plus dans le monde ; eux, ils sont dans le monde, et moi, je viens vers toi. »
– Acclamons la Parole de Dieu.

Homélie

« Le Seigneur est ma lumière et mon salut » La relation avec Dieu est d’abord une rencontre, une lumière qui éclaire toute ma vie de sa présence, et une connaissance, par le salut qu’Il nous apporte, une révélation de notre appel premier et de notre vocation. Un amour appelé à être sur terre un ciment d’unité, et au ciel une fête éternelle de communion. La manifestation de Dieu amène à une connaissance de sa joie à travers l’amour partagé. Nous sommes invités à entrer dasn cette joie de la présence de Dieu dans notre vie, de son implication dans notre histoire, et en même temps, dans la connaissance, appelé à nous transformer, à changer notre vie pour nous ajuster à l’amour et mettre la lumière dans tous les espaces nôtre existence. Eclairer de l’amour tout ce que nous faisons pour nous abreuver pleinement à la source de la vie et explorer la beauté de notre liberté dans les choix du bonheur.

Tout est don dans l’amour, et la Personne Don, l’Esprit Saint vient faire la vérité en nous pour nous amener à la connaissance, c’est-à-dire la révélation aimante du Père à l’origine de tout. L’Esprit Saint vient changer notre existence afin de nous rendre tout amour pour Dieu. Cela nous demande de résister aux tentations pour savoir garder notre regard en contemplation vers Lui, et nous mettre en chemin, comme témoin d’une Bonne Nouvelle à partager à tous.

Il y a comme un nouveau printemps dans la vie de l’Esprit, ou nous sommes appelés à devenir fécond par notre témoignage. Un printemps de tout notre être afin que corps et âme nous soyons louange pour le Seigneur, et amour dans la relation. Et c’est là que la lumière jaillit, parce qu’elle donne sens à toute notre existence et nous comprenons enfin ce que nous avons vraiment à vivre, nous saisissons que la présence de Dieu n’est pas nécessaire mais juste indispensable. « Tous, d’un même cœur, étaient assidus à la prière,…avec Marie la mère de Jésus » Alors la prière et la méditation des Ecritures, est un chemin de sainteté pour rendre présent Jésus dans notre quotidien, et l’inviter à venir se restaurer dans l’auberge de notre cœur. Marie, La Théotokos premier disciple, nous aide par son expérience de vie et sa disponibilité à nous approcher du Fils et à faire tout ce qu’Il nous dira. Il s’agit d’« admirer le Seigneur dans sa beauté et m’attacher à son temple. » nous dit le psalmiste.

Prendre le temps de prière personnel à la maison, mais aussi vivre ce temps de prière en communauté dans l’Eglise. C’est un chemin de vérité, que de louer Dieu dans son cœur et en communauté, parce que cela instaure un équilibre entre la dimension personnelle et la conversion à vivre, et la dimension communautaire et l’appel à l’évangélisation. Le renouvellement intérieur se vit par une expérience personnelle et s’authentifie par une relation aux frères dans la vie en communauté ecclésiale. L’un ne va pas sans l’autre. Il n’y a pas de primauté de l’amour qui dispenserait de la présence ecclesiale, ni d’une primauté qui en oublierait la conversion personnelle. La vie en Eglise et la conversion personnelle sont les deux voies d’une même transformation à travers les charismes et les dons. L’Esprit Saint vient nous renouveler et nous faire comprendre Dieu à travers une expérience personnelle, ou le printemps débouche sur l’été d’une fécondité sans pareille. L’usure du temps, et l’automne du jour d’après nous apprendra à vivre dans la persévérance, et le combat spirituel de l’hiver, et le fameux démon de l’acédie qui nous attaque justement sur le manque de gout, ou le dégout. Mais à chaque hiver du combat spirituel, s’ouvre un autre printemps d’une rencontre plus intime, plus profonde avec Dieu, un approfondissement de la relation pour nous dépouiller de nous-mêmes et nous laisser habiter par le divin.

La grâce est justement l’expérience sensible du divin. Une ouverture à l’émerveillement de la relation qui invite à la joie renouvelée. Et la Parole de Dieu est un soleil sur notre chemin de vérité, comme une lumière qui éclaire toutes nos décisions dans l’Ecoute, le dialogue, et nos responsabilités propres, toujours aidés par la grâce certes, mais qui demande aussi la participation de notre volonté, même si l’amour de Dieu et premier en toute chose. Cela ne nous enlève pas l’impératif d’exercer ce qui nous est propre, car nous ne voyons pas toujours le premier pas de Dieu, et nous risquons de passer à côté de l’émerveillement si nous ne traçons pas les sillons pour préparer la terre à recevoir la Parole. Marie, La Théotokos nous introduit auprès du Fils, et par la prière nous exhorte à entrer en communion avec Lui. En cela elle est médiatrice de toute grâce, même si c’est bien le Christ l’unique médiateur. Elle suscite la grâce de Dieu en implorant le cœur de son Fils pour qu’Il agisse avec puissance. La prière devient l’expression propre de la charité de Dieu et de sa bonté pour chacun d’entre nous.

« Mon cœur m’a redit ta parole : Cherchez ma face » Le cœur fait l’expérience de l’Esprit Saint en recherchant la communion avec Dieu. Il est le désir de l’union de l’amour qui conduit toute notre vie sur la route du salut. Une redécouverte de notre être de disponibilité à la grâce pour suivre l’enseignement de l’Esprit et le laisser éclairer le chemin de notre vie. Cela demande beaucoup de force pour vouloir la communion avec Dieu car l’adversaire est là pour nous en dissuader…. Dans ces petites phrases de tous les jours… ‘faut pas être naïf’… ‘tu n’y arriveras jamais’… ‘péché donne du piquant à la vie’… ‘la perfection n’est pas de ce monde alors n’essaye même pas’… ‘tu ne connais pas la vie sur tu ne fais pas l’expérience’…. ‘Un bon tien vaut mieux que deux, soit réaliste et non dans le rêve’… ‘la loi morale dans la recherche du bien est là pour nous brimer’….Le don de la force nous redonne le courage nécessaire pour résister à ce genre de compromission qui nous aliène.  Or l’Esprit Saint est là pour nous faire entrer dans ce printemps de l’Evangile qui est un dépassement pour nous ouvrir à dépasser nos égoïsmes et nos enfermements et ouvrir nos portes à l’accueil du Rédempteur. « La participation à la mission royale du Christ, c’est-à-dire le fait de redécouvrir en soi et dans les autres la dignité particulière de notre vocation qui peut se définir comme «royauté». Cette dignité s’exprime dans la disponibilité pour servir, à l’exemple du Christ »[i] Et le service se vit dans le don sincère de soi-même, et chacun d’entre nous puise dans le mystère du Verbe incarné l’histoire de sa vocation propre. Image de Dieu appelé à la ressemblance pour manifester la beauté de la vie en toute chose. En vivant la Parole de Dieu dans la contemplation, et le service du frère, nous glorifions le nom du Seigneur et nous le manifestons autour de nous.

« Ils ont gardé ta Parole… » L’Esprit de vérité nous rends des contemplatif de la Parole de Dieu. De ceux qui la méditent nuit et jour, et à chaque instant afin d’entendre le Seigneur nous parler. Bien mieux qu’une série de télévision, la Parole me conduit sur le chemin de vie et elle me rend témoin. Justement la civilisation de l’amour demande qu’au niveau familial comme dans les maisons de quartiers, nous sachons nous réunir pour prier, lire la Parole, écouter les catéchèses, et comprendre ensemble les problèmes de la vie quotidienne et de la vie de la cité, pour un engagement commun au nom du Christ et nous convertir. « L’annonce de la Parole de Dieu est ordonnée à la conversion chrétienne, c’est-à-dire à l’adhésion pleine et sincère au Christ et à son Evangile par la foi. La conversion est un don de Dieu, une action de la Trinité: c’est l’Esprit qui ouvre les portes des cœurs »[ii].Mais c’est au nom du Christ que nous sommes au service de la charité et que nous témoignons ainsi qu’il se manifeste pour tous sans distinction de race, de langues ou de peuples. L’Esprit Saint non seulement éveille nos cœurs à l’intelligence des Ecritures, mais il vient nous guider dans les réalités qui sont les nôtres pour nous donner l’intelligence relationnelle source de la communion avant d’être un instrument de communication efficace. Il vient nous habiter pour revetir l’homme nouveau et connaitre une transformation de vie ou le rythme du cœur est l’amour et la pulsation l’unité. C’est bien par la prière et la méditation des Ecritures que  la communion entre nous prend tout son sens et que nous restons éveillés dans l’espérance du salut, et comme des guetteurs attentif aux œuvres de la foi.

 

Or la vie en Dieu est une recherche de l’homme qu’il annonce comme un chant d’amour. . « Mon bien-aimé est descendu dans son jardin, dans les parterres d’aromates, pour mener ses brebis paître aux jardins, et pour cueillir des lis. Je suis à mon bien-aimé, mon bien-aimé est à moi, lui qui mène paître ses brebis parmi les lis. »[iii]. Lorsque nous vivons cette annonce du Christ, et que nous le partageons nous sommes comme la bien aimée, cherchant à rejoindre son Bien aimé. Tout évangélisateur fécond est d’abord un amoureux de Dieu qui se laisse conduire par l’Esprit Saint. Ce n’est pas sur les apparences d’un succès, ou d’un charisme personnel qui se veut communautaire, et disparait une fois que la personne s’éloigne, mais c’est bien, un amoureux de Dieu qui sans cesse oriente vers le Christ et pousse à la contemplation de son œuvre dans la vie de chacun, à l’écoute d’une vie de l’Esprit Saint et du déploiement des dons. « Toute communauté doit en effet, pour être chrétienne, s’établir sur le Christ et vivre du Christ, dans l’écoute de la Parole de Dieu, dans la prière centrée sur l’Eucharistie, dans la communion qui s’exprime par l’unité du cœur et de l’esprit, et dans le partage suivant les besoins de ses membres »[iv] L’Esprit Saint nous conduit dans ce chemin de fraternité à l’attention à tous, d’abord à Dieu dans la prière, et à nos frères dans les besoins particuliers de chacun. Etre attentif à l’œuvre de Dieu et discerner les signes pour continuer de se laisser conduire, non pas sur nos propres initiatives, mais au souffle de l’Esprit. « c’est dans la lumière et dans la force de la Parole de Dieu que chacun peut découvrir, comprendre, aimer et suivre sa vocation propre et accomplir sa mission, faisant grandir dans le cœur les pensées de Dieu, de sorte que la foi, en tant que réponse à la Parole, devienne le nouveau critère de jugement et d’évaluation des hommes et des choses, des événements et des problèmes[v]. » Une histoire commune entre l’homme et Dieu ou l’Alliance se redécouvre dans l’ineffable fidélité du Seigneur. Etre Chrétien c’est redécouvrir sa vocation de fils, et de retrouver l’histoire spirituelle générationnelle.

 

Etre témoin du Christ, c’est vivre dans l’onction de l’Esprit et partager dans la joie cet amour reçus et fait pour être répandu sur toute la terre.  « L’Esprit du Ressuscité habilite notre vie à l’annonce efficace de la Parole dans le monde entier. C’est l’expérience de la première communauté chrétienne qui voyait la Parole se répandre grâce à la prédication et au témoignage »[vi] Comme nous le disions, il n’y a pas de prédication s’il n’y a pas de témoignage, pas d’expérience de Dieu sans connaissance, pas de lumière sans l’espérance du salut. La crise de la pandémie doit nous interroger sur nos priorités de vie. Impérativement nous devons revoir la hiérarchie de nos besoins pour ne pas repartir comme en 40, mais bien au contraire, nous laisser transformer et nous mettre au service de l’Esprit de vérité, c’est exigeant, cela demande du courage, et une capacité de dialogue avec tous, et beaucoup d’humilité pour laisser à chacun le chemin nécessaire de la conversion, mais en même temps c’est le seul moyen de redynamiser notre vie paroissiale et de répandre la civilisation de l’amour. Ne laissons pas Dieu étranger de nos choix de vie, l’appelant juste quand nous sommes dans l’impasse de l’impasse. Demandons à l’Esprit Saint de nous enseigner ce que nous avons à vivre, et prions-le avec ferveur pour qu’il nous bouscule et nous fasse redécouvrir le bonheur d’être aimé, et d’aimer et de marcher sans crainte fort de l’amour reçu, vécu et partagé.  « Le Seigneur est le rempart de ma vie ; devant qui tremblerais-je ? »

 

 

[i] &21 Redemptor Hominis

[ii] &46 Redemptoris Missio

[iii] &Ct 6,2-3

[iv] &51 Redemptoris Missio

[v] &82 Verbum domini et avec pour reference Jean-Paul II, Exhort. apost. post-synodale Pastores dabo vobis (25 mars 1992), n. 47 :AAS 84 (1992), p. 740-742.

[vi] &91 Verbum Domini

Prière Universelle

Introduction :

Ce dimanche, après la montée au ciel du Christ, tournons-nous vers le Père avec nos sœurs et nos mains pour faire nôtres les attentes de de tous nos frères, avec l’aide du Saint Esprit.

R/ Entends, Seigneur, la prière qui monte de nos cœurs.

Comme les apôtres, nous demeurons en prière. Pour que l’Eglise se laisse illuminer par la gloire du Christ et guider sur les chemins de la mission, demandons la grâce de l’Esprit Saint. R/

En cette 54ieme journée mondiale des communications sociales nous est rappelé le devoir d’annoncer la Bonne Nouvelle. Pour tous les responsables de communication, les journalistes et les acteurs de la presse, demandons la lumière de l’Esprit Saint. R/

Nombreux sont ceux qui traversent des épreuves causées par le Covid-19. Pour qu’ils retrouvent la foi en cette vie et que la sympathie de leur entourage les porte, demandons la joie de l’Esprit Saint. R/

Jésus a prié pour tous les hommes et il continue à sauver le monde. Pour les couples en difficulté, les familles divisées, pour ceux que les épreuves de la vie détourne de la foi, demandons l’amour de l’Esprit Saint. R/

Conclusion :

Seigneur Dieu, reçois toutes nos demandes, transforme les souffrances que tes enfants vivent actuellement en un bien pour aider à la naissance d’un monde plus fraternel sous l’action de ton Esprit, par Jésus Christ, ton fils, bien aimé. Amen.


L’équipe liturgique vous souhaite un très bon dimanche en attendant avec impatience de nous retrouver dans nos églises.