Dimanche de Pâques, 4 Avril. Textes

Première lecture : Actes des Apôtres ch 10,34 a. 37-43

En ces jours-là, quand Pierre arriva à Césarée chez un centurion de l’armée romaine, il prit la parole et dit :

« Vous savez ce qui s’est passé à travers tout le pays des Juifs, depuis les commencements en Galilée, après le baptême proclamé par Jean : Jésus de Nazareth, Dieu lui a donné l’onction d’Esprit Saint et de puissance. Là où il passait, il faisait le bien et guérissait tous ceux qui étaient sous le pouvoir du diable, car Dieu était avec lui. Et nous, nous sommes témoins de tout ce qu’il a fait dans le pays des Juifs et à Jérusalem.

Celui qu’ils ont supprimé en le suspendant au bois du supplice, Dieu l’a ressuscité le troisième jour. Il lui a donné de se manifester, non pas à tout le peuple, mais à des témoins que Dieu avait choisis d’avance, à nous qui avons mangé et bu avec lui après sa résurrection d’entre les morts. Dieu nous a chargés d’annoncer au peuple et de témoigner que lui-même l’a établi Juge des vivants et des morts.

C’est à Jésus que tous les prophètes rendent ce témoignage : Quiconque croit en lui reçoit par son nom le pardon de ses péchés. » – Parole du Seigneur. 

Psaume : Ps 117

R/ Voici le jour que fit le Seigneur

Qu’il soit pour nous jour de fête et de joie ! Alléluia !

Rendez grâce au Seigneur : Il est bon !

Éternel est son amour !

Qu’ils le disent, ceux qui craignent le Seigneur :

Éternel est son amour ! R/

 

Le bras du Seigneur se lève,

Le bras du Seigneur est fort !

Non, je ne mourrai pas, je vivrai,

Pour annoncer les actions du Seigneur. R/

 

La pierre qu’ont rejetée les bâtisseurs

Est devenue la pierre d’angle ;

C’est là l’œuvre du Seigneur,

La merveille devant nos yeux. R/

 

Deuxième lecture : Cor 5, 6b-8

Frères,     ne savez-vous pas qu’un peu de levain suffit pour que fermente toute la pâte ?     Purifiez-vous donc des vieux ferments, et vous serez une pâte nouvelle, vous qui êtes le pain de la Pâque, celui qui n’a pas fermenté. Car notre agneau pascal a été immolé : c’est le Christ.

Ainsi, célébrons la Fête, non pas avec de vieux ferments, non pas avec ceux de la perversité et du vice, mais avec du pain non fermenté, celui de la droiture et de la vérité.

Séquence :

A la Victime pascale,
chrétiens, offrez le sacrifice de louange.L’Agneau a racheté les brebis ;
Le Christ innocent a réconcilié
l’homme pécheur avec le Père.La mort et la vie s’affrontèrent
en un duel prodigieux.
Le Maître de la vie mourut ; vivant, il règne.

« Dis-nous, Marie Madeleine,
qu’as-tu vu en chemin ? »

« J’ai vu le sépulcre du Christ vivant,
j’ai vu la gloire du Ressuscité.J’ai vu les anges ses témoins,
le suaire et les vêtements.Le Christ, mon espérance, est ressuscité !
Il vous précédera en Galilée. »

Nous le savons : le Christ
est vraiment ressuscité des morts.

Roi victorieux,
prends-nous tous en pitié ! Amen

Eugène Burnand. Les disciples Jean et Pierre accourant au sépulcre le matin de la résurrection. Paris, Musée d’Orsay. 1898

Evangile : Jn 20, 1-9. Il est vraiment ressuscité, alléluia !

Le premier jour de la semaine, Marie Madeleine se rend au tombeau de grand matin ; c’était encore les ténèbres. Elle s’aperçoit que la pierre a été enlevée du tombeau.  Elle court donc trouver Simon-Pierre et l’autre disciple, celui que Jésus aimait, et elle leur dit :  « On a enlevé le Seigneur de son tombeau, et nous ne savons pas où on l’a déposé. »

 Pierre partit donc avec l’autre disciple pour se rendre au tombeau. Ils couraient tous les deux ensembles, mais l’autre disciple courut plus vite que Pierre et arriva le premier au tombeau.  En se penchant, il s’aperçoit que les linges sont posés à plat ; cependant il n’entre pas.  Simon-Pierre, qui le suivait, arrive à son tour. Il entre dans le tombeau ; il aperçoit les linges, posés à plat, ainsi que le suaire qui avait entouré la tête de Jésus, non pas posé avec les linges, mais roulé à part à sa place.  C’est alors qu’entra l’autre disciple, lui qui était arrivé le premier au tombeau.

Il vit, et il crut.

Jusque-là, en effet, les disciples n’avaient pas compris que, selon l’Écriture, il fallait que Jésus ressuscite d’entre les morts.

Commentaire de la Parole

Il vit et il crut. En effet, les disciples ne savaient pas encore que, d’après l’Ecriture, Jésus devait ressusciter d’entre le morts Jn 20, 9

L’Evangile du dimanche de la Résurrection met en scène trois personnages qui réagissent différemment au vide du tombeau de Jésus : une parole pour Marie-Madeleine, le silence pour Pierre et un regard pour celui que la Tradition a identifié à Jean.

Empli d’amour pour Jésus, Marie-Madeleine court à la première heure à son tombeau et elle voit que la pierre à été déjà enlevée. Elle retourne trouver Simon-Pierre et l’autre disciple, celui que Jésus aimait, en leur disant qu’on a enlevé le Seigneur de son tombeau. Les deux disciples se précipitent, l’autre disciple court plus vite, mais il laisse Pierre arriver le premier au tombeau. Celui-ci entre et constate le linceul resté là, et le linge qui avait recouvert la tête, roulé à part à sa place. Mais quand Jean entre à son tour, le texte dit “Il vit et il crut.” Devant ces deux linges abandonnés, désormais inutiles, Jean vit et il crut, il a tout de suite compris. Pour lui, ils sont la preuve que Jésus est désormais libéré de la mort.

Si on avait pris le corps de Jésus, “fake news” que ses adversaires ont essayé de répandre, on aurait pris aussi les linges qui le recouvraient. Et encore, quand Lazare avait été ramené à la vie par Jésus, quelques jours avant, il était sorti lié du tombeau, il n’était pas un corps ressuscité. Jésus, lui, sort délié, pleinement libéré.

“Il vit et il crut. En effet, les disciples ne savaient pas encore que, d’après l’Ecriture, Jésus devait ressusciter d’entre le morts…” C’est parce que Jean a cru que l’Ecriture s’est éclairée pour lui : jusqu’ici combien de choses de l’Ecriture lui étaient demeurées obscures. L’événement du tombeau vide lui est devenu clair, parce que tout d’un coup il a engagé sa foi, sans hésiter.  “La Résurrection de Jésus est la vérité culminante de notre foi dans le Christ, crue et vécue comme vérité centrale par la première communauté chrétienne, transmise comme fondamentale par la Tradition, établie par les documents du Nouveau Testament, prêchée comme partie essentielle du mystère Pascal en même temps que la Croix.”

A notre tour, nous n’aurons jamais d’autre preuve de la Résurrection du Christ que ce tombeau vide et que le témoignage des communautés chrétiennes qui l’ont maintenue jusqu’à nous. Mais nous pouvons vérifier les effets de la Résurrection : la transformation profonde des êtres et des communautés qui se laissent habiter par l’Esprit Saint. Et c’est, pour nous, la plus belle preuve que Jésus est bien vivant.

Chaque “premier jour de la semaine”, nous avons la chance de “courir”, avec nos frères et sœurs, à la rencontre mystérieuse du Ressuscité dans la célébration de l’Eucharistie. Et surtout en elle nous pouvons trouver la force, avec l’aide de l’Esprit Saint, de lire dans nos vies et dans la vie du monde les signes de la Résurrection. Peut-être en s’essayant à faire taire toute vaine rumeur en nous. En écoutant “l’amour qui jaillit et chante au fond du cœur”. Dans une affirmation constante de la supériorité de la vie sur la mort.

                                                                                                                      Soeur Halina

Prière universelle

Alors que, dans les villes et les villages, les cloches de la nouvelle Pâque ont retenti de bonheur, confions au Ressuscité tous les habitants du monde, spécialement les plus éprouvés.

R/ Ô Christ, ressuscité, exauce-nous !

1 – Pour les personnes qui exercent un ministère en Église afin qu’elles soient toujours davantage d’authentiques témoins de Jésus,

Prions le Christ ressuscité. R/

2 – Pour les catéchumènes  et les adultes baptisés  durant cette veillée pascale.

Seigneur, affermis leur foi, soutiens-les dans l’espérance pour qu’ils rayonnent de ta lumière afin que ceux qui ne te connaissent pas soient touchés par la joie qui vient de toi,

nous t’en prions, Christ ressuscité. R/

3 – Pour les chrétiens d’Irak que le pape a visités récemment et dont il a salué la foi.

Pour qu’ils aient la force de continuer à vivre non pour se venger mais pour « proclamer la merveilleuse sagesse de la Croix », selon les mots du pape François,

nous t’en prions, Christ ressuscité. R/

4 – Pour ceux qui souffrent de maladies ou qui sont atteints par le virus et pour leurs proches qui s’inquiètent pour eux.

Donne à leurs soignants les gestes et l’empathie nécessaires à leur guérison.

Aux malades et à leurs proches, donne-leur la force d’affronter cette épreuve,

nous t’en prions, Christ ressuscité. R/

5 – En cette nuit, promesse d’un monde renouvelé par la paix et la justice, confions à notre Dieu tous les membres de notre communauté rassemblées dans la confiance et l’amour que nous nous portons les uns envers les autres,

prions le Christ ressuscité. R/

Ô toi le Ressuscité, tu es passé par la souffrance, le rejet, la violence et tu as vaincu la mort. Accueille notre prière, daigne l’exaucer, toi qui règnes pour les siècles des siècles.  – Amen

Prochains événements