Messe du dimanche 15 mars. Evangile, homélie et prière universelle

Nous ne pourrons pas tous assister à la messe, pour rester en communion les uns avec les autres, voici les textes qui seront lus, commentés et priés ce dimanche :

15 mars 2020. 3ème dimanche de Carême

Evangile, homélie et prière universelle

En ce 3ème dimanche de Carême, Jésus nous donne rendez-vous autour du puits pour nous révéler sa grâce. Comme la Samaritaine, laissons-nous toucher par sa parole et ne craignons pas de lui dire notre soif.

Evangile de Jésus-Christ selon Saint Jean ( ch 4, 5-42)

05 Il arrive donc à une ville de Samarie, appelée Sykar, près du terrain que Jacob avait donné à son fils Joseph.

06 Là se trouvait le puits de Jacob. Jésus, fatigué par la route, s’était donc assis près de la source. C’était la sixième heure, environ midi.

07 Arrive une femme de Samarie, qui venait puiser de l’eau. Jésus lui dit : « Donne-moi à boire. »

08 – En effet, ses disciples étaient partis à la ville pour acheter des provisions.

09 La Samaritaine lui dit : « Comment ! Toi, un Juif, tu me demandes à boire, à moi, une Samaritaine ? » – En effet, les Juifs ne fréquentent pas les Samaritains.

10 Jésus lui répondit : « Si tu savais le don de Dieu et qui est celui qui te dit : “Donne-moi à boire”, c’est toi qui lui aurais demandé, et il t’aurait donné de l’eau vive. »

11 Elle lui dit : « Seigneur, tu n’as rien pour puiser, et le puits est profond. D’où as-tu donc cette eau vive ?

12 Serais-tu plus grand que notre père Jacob qui nous a donné ce puits, et qui en a bu lui-même, avec ses fils et ses bêtes ? »

13 Jésus lui répondit : « Quiconque boit de cette eau aura de nouveau soif ;

14 mais celui qui boira de l’eau que moi je lui donnerai n’aura plus jamais soif ; et l’eau que je lui donnerai deviendra en lui une source d’eau jaillissant pour la vie éternelle. »

15 La femme lui dit : « Seigneur, donne-moi de cette eau, que je n’aie plus soif, et que je n’aie plus à venir ici pour puiser. »

16 Jésus lui dit : « Va, appelle ton mari, et reviens. »

17 La femme répliqua : « Je n’ai pas de mari. » Jésus reprit : « Tu as raison de dire que tu n’as pas de mari :

18 des maris, tu en as eu cinq, et celui que tu as maintenant n’est pas ton mari ; là, tu dis vrai. »

19 La femme lui dit : « Seigneur, je vois que tu es un prophète !…

20 Eh bien ! Nos pères ont adoré sur la montagne qui est là, et vous, les Juifs, vous dites que le lieu où il faut adorer est à Jérusalem. »

21 Jésus lui dit : « Femme, crois-moi : l’heure vient où vous n’irez plus ni sur cette montagne ni à Jérusalem pour adorer le Père.

22 Vous, vous adorez ce que vous ne connaissez pas ; nous, nous adorons ce que nous connaissons, car le salut vient des Juifs.

23 Mais l’heure vient – et c’est maintenant – où les vrais adorateurs adoreront le Père en esprit et vérité : tels sont les adorateurs que recherche le Père.

24 Dieu est esprit, et ceux qui l’adorent, c’est en esprit et vérité qu’ils doivent l’adorer. »

25 La femme lui dit : « Je sais qu’il vient, le Messie, celui qu’on appelle Christ. Quand il viendra, c’est lui qui nous fera connaître toutes choses. »

26 Jésus lui dit : « Je le suis, moi qui te parle. »

27 À ce moment-là, ses disciples arrivèrent ; ils étaient surpris de le voir parler avec une femme. Pourtant, aucun ne lui dit : « Que cherches-tu ? » ou bien : « Pourquoi parles-tu avec elle ? »

28 La femme, laissant là sa cruche, revint à la ville et dit aux gens :

29 « Venez voir un homme qui m’a dit tout ce que j’ai fait. Ne serait-il pas le Christ ? »

30 Ils sortirent de la ville, et ils se dirigeaient vers lui.

31 Entre-temps, les disciples l’appelaient : « Rabbi, viens manger. »

32 Mais il répondit : « Pour moi, j’ai de quoi manger : c’est une nourriture que vous ne connaissez pas. »

33 Les disciples se disaient entre eux : « Quelqu’un lui aurait-il apporté à manger ? »

34 Jésus leur dit : « Ma nourriture, c’est de faire la volonté de Celui qui m’a envoyé et d’accomplir son œuvre.

35 Ne dites-vous pas : “Encore quatre mois et ce sera la moisson” ? Et moi, je vous dis : Levez les yeux et regardez les champs déjà dorés pour la moisson. Dès maintenant,

36 le moissonneur reçoit son salaire : il récolte du fruit pour la vie éternelle, si bien que le semeur se réjouit en même temps que le moissonneur.

37 Il est bien vrai, le dicton : “L’un sème, l’autre moissonne.”

38 Je vous ai envoyés moissonner ce qui ne vous a coûté aucun effort ; d’autres ont fait l’effort, et vous en avez bénéficié. »

39 Beaucoup de Samaritains de cette ville crurent en Jésus, à cause de la parole de la femme qui rendait ce témoignage : « Il m’a dit tout ce que j’ai fait. »

40 Lorsqu’ils arrivèrent auprès de lui, ils l’invitèrent à demeurer chez eux. Il y demeura deux jours.

41 Ils furent encore beaucoup plus nombreux à croire à cause de sa parole à lui,

42 et ils disaient à la femme : « Ce n’est plus à cause de ce que tu nous as dit que nous croyons : nous-mêmes, nous l’avons entendu, et nous savons que c’est vraiment lui le Sauveur du monde. »

Homélie du 15 mars 2020 – 3ème dimanche de Carême

Quelle belle page d’Evangile !

La samaritaine accomplit sous nos yeux un vrai chemin de conversion !

Et c’est aussi à cette conversion que nous sommes appelés en ce temps de carême : rappelez-vous la phrase prononcée lorsque nous avons reçu les Cendres : « Convertissez-vous et croyez à la bonne nouvelle »

Alors suivons la samaritaine sur son chemin : on peut distinguer trois temps sur ce chemin de conversion : la rencontre, la reconnaissance, l’adhésion.

La rencontre

Jésus est en Samarie, c’est-à-dire dans une région considérée par beaucoup de juifs de l’époque comme hérétique….en effet, les samaritains croient en Dieu et sont bien de la descendance d’Abraham, mais ils se sont séparés des juifs à une certaine époque et pour bien marquer leur division d’avec les juifs, ils ont érigé un sanctuaire dans leur pays qui est devenu le rival du temple de Jérusalem.

C’est pourtant là que Jésus se trouve !

Arrive une samaritaine … au départ on ne sait rien de cette femme mais au fil du récit on apprend qu’elle a eu 5 maris et vit actuellement avec un autre homme : elle est sans doute considérée comme une femme de mauvaise vie par ses contemporains … et c’est sans doute pour cela qu’elle vient au puits à midi : c’est l’heure la plus chaude, où il n’y a personne au puits, donc elle ne risque pas de se faire prendre à partie par les autres femmes.

C’est pourtant bien à elle qui va être donnée la grâce de rencontrer Jésus ! N’est-ce pas extraordinaire ! Jésus est là, sur son chemin et il s’adresse à elle !

Pour nous aujourd’hui il en est de même : Jésus est là sur nos chemins, et il ne se préoccupe pas de savoir si nous sommes de bons chrétiens ou si nous sommes un peu hérétiques ou pêcheurs …

Il est là, sur notre chemin, mais sans doute là où on ne l’attend pas : Jésus nous surprend toujours car Il fait fi de tous les préjugés et Il n’est guidé que par l’amour et la vérité.

La reconnaissance

« Comment, toi, un juif, tu me demandes à boire ? » un dialogue de sourd s’engage entre la samaritaine et Jésus : ils ont du mal à se comprendre car la samaritaine se réfère aux choses bien réelles de la vie ( Jésus n’a rien pour puiser l’eau au fond du puits) mais lui parle de la parole de Dieu, source d’eau vive pour la vie éternelle.

Mais à cause de l’attitude si bienveillante et si inhabituelle de Jésus envers elle, une samaritaine pécheresse, elle commence à comprendre qu’il se passe quelque chose d’extraordinaire.

Et Jésus lui dit cette parole prophétique : « Si tu savais le don de Dieu…. »

« Celui qui boira de l’eau que moi je lui donnerai n’aura plus jamais soif »

La samaritaine ne comprend sans doute pas toute la portée de ces paroles prophétiques mais elle finit par dire à Jésus : « Donne-moi de cette eau, que je n’aie plus soif et que je n’aie plus à venir ici pour puiser »

Alors Jésus va plus loin : il lui révèle qu’il connait sa vie de pêcheresse et pourtant il ne la condamne pas : il fait preuve de miséricorde et la samaritaine sent qu’elle est en face d’une personne extraordinaire, par sa bienveillance et sa miséricorde.

Et elle peut dire « je sais qu’il vient, le Messie »

Prenons exemple sur la samaritaine : même si notre relation à Dieu n’est pas aussi belle qu’on pourrait le souhaiter, n’ayons pas peur d’ouvrir notre cœur et de reconnaitre le don de Dieu : c’est lui qui nous aime en premier, à nous aussi il a donné la vie, d’abord par l’intermédiaire de nos parents, puis par le baptême, et ce don Il le renouvelle chaque jour et sa miséricorde est infinie …

L’adhésion

Je le suis, moi qui te parle : Jésus se révèle à la samaritaine : elle témoigne auprès de ses parents et amis et ils invitent Jésus à rester auprès d’eux : il y restera deux jours et eux aussi sont touchés par les paroles de Jésus « Ce n’est plus à cause de ce que tu nous as dit que nous croyons : nous-mêmes nous l’avons entendu et nous savons que c’est vraiment Lui le sauveur du monde »

C’est extraordinaire : ce sont les samaritains, ces hérétiques aux yeux des juifs, qui reconnaissent que Jésus est le verbe de Dieu, que sa parole est vivante, et redonne vie !

Et comme eux, nous qui sommes chrétiens, nous croyons que « la source d’eau jaillissant pour la vie éternelle » dont parlait Jésus, c’est la Parole de Dieu : alors adhérons sans hésiter à cette Parole et abreuvons-nous quotidiennement à cette source d’eau vive qu’est la parole de Dieu…

En conclusion,

Cette semaine, au cours de laquelle de nombreuses personnes vont être confinées chez elles, profitons-en pour aller boire à la source … en ouvrant l’Evangile et en prenant le temps d’une vraie rencontre avec le Seigneur, dans sa Parole.

Amen

Gérard Vauléon, diacre

Prière universelle

Prions Dieu le Père qui est la source de toute bonté et toute miséricorde vient de lui.
N’hésitons pas à lui confier notre monde.

R/ : Seigneur, écoute-nous, Seigneur, exauce-nous.

  • Pour l’Eglise appelée à persévérer dans la fidélité à l’Evangile et à grandir dans l’unité, pour les catholiques de Chine,
    Ensemble, avec le Pape François, prions le Christ, source d’eau vive. R/
  • Pour les catéchumènes célébrant aujourd’hui leur scrutin, pour leurs accompagnateurs et les communautés qui les entourent, que le regard du Christ les aide à faire la vérité en leur vie,
    Ensemble, prions le Christ, source d’eau vive. R/
  • A l’occasion des élections municipales, prions pour les candidats et pour les électeurs qui vont accomplir leur devoir civique,
    Ensemble, prions le Christ, source d’eau vive. R/
  • Pour tous ceux qui sont atteints par l’épidémie de coronavirus et pour tous ceux qui sont exposés à la contagion, et qui souffrent dans leur quotidien, dans leur cœur et dans leur corps,
    Ensemble prions le Christ, source d’eau vive et Seigneur de miséricorde. R/

Accueille, Père très bon, nos faims et nos soifs, et notre humble prière. Nous te le demandons par Jésus, le Christ, notre Seigneur. Amen

Textes à télécharger en .pdf

Source de l’image : Vitrail représentant la Samaritaine, dans l’église Saint-Sulpice à Breteuil-sur-Iton

Prochains événements