2017. 1ère lettre de Carême

Church_of_the_Transfiguration_at_the_Community_of_Jesus_usa_800x444Aujourd’hui, plus qu’autrefois, nous avons à nous souvenir de Dieu dans notre histoire. La foi est d’abord la réalité d’un signe de Dieu dans notre vie qui débouche sur un dialogue où l’amour devient chemin de vie. La perception de Dieu dans notre quotidien, et le jaillissement de sa grâce nous font comprendre notre vocation d’image de Dieu appelée à la ressemblance et poussée par un désir fondamental et incessant d’être en union,

« Comme un cerf altéré cherche l’eau vive, ainsi mon âme te cherche toi, mon Dieu. »

Il nous faut entrer dans la participation à l’histoire de Dieu en nous rappelant l’alliance qui est au fondement d’une vie de communion dans la volonté du Père, l’amour du Fils et la joie de l’Esprit Saint. Nous sommes invités à participer à la création en assumant notre vocation de fils de Dieu dans une responsabilité de l’amour qui demande de répondre ‘oui’ à la volonté de Dieu, suivre sa Parole comme chemin de vie, écouter sa voix qui parle à notre cœur dans cette libération intérieure du salut promis.

« La révélation de la création est inséparable de la révélation et de la réalisation de l’alliance de Dieu, l’Unique, avec son Peuple. La création est révélée comme le premier pas vers cette alliance, comme le premier, et universel, témoignage de l’amour Tout-Puissant de Dieu »

L’Eucharistie nous conduit dans cette alliance renouvelée qui nourrit notre corps, fortifie notre âme et nous fait entrer de plain-pied dans cette communion d’amour qui porte du fruit dans nos actes quotidiens lorsque nous y répondons pleinement. Jésus Christ, médiateur de l’alliance nouvelle, nous invite à participer à ce sacrifice de l’amour réalisé dans la joie et qui ouvre à la grâce du salut. Faire rentrer Dieu dans notre vie, nous remémorer notre histoire avec Lui, nous oblige à une conversion. Le carême est justement la méditation de notre histoire à travers la Parole de Dieu dans l’Ecoute de l’Esprit Saint et de ce que nous avons à vivre pour nous unir au Père. La Toute-puissance de Dieu nous ouvre à ce mystère de l’action qui agit dans l’universalité de ses choix et est toujours orienté dans l’amour. Dieu, dans sa Toute Puissance, nous invite à méditer l’histoire dans la perspective  du salut.

             En relisant notre vie à travers les Ecritures et dans le désir de Dieu avec la volonté de nous réconcilier avec Lui, évangélisons notre temps. Nous entrons dans le carême… comme chaque année… avec nos petits efforts étriqués aussitôt oubliés à Pâques… conversion à temps mesuré. Néanmoins si le carême est bien un effort de conversion, il appelle à la pénitence particulière pour une conversion totale. « Tandis que le Christ, saint, innocent, sans tache, venu uniquement pour expier les péchés du peuple, n’a pas connu le péché, l’Église, elle, qui renferme des pécheurs dans son propre sein, est donc à la fois sainte et appelée à se purifier, et poursuit constamment son effort de pénitence et de renouvellement ».[ii]

 Si je prends un exemple, se priver de télévision pendant tout le carême peut être une bonne chose. Mais revenir, ensuite, à ses 4 h quotidiennes est absurde. Le jeûne médiatique doit nous faire prendre la distance nécessaire pour continuer à nous en dispenser, ou à réduire drastiquement notre consommation télévisuelle. Il est vrai que par pénitence particulière nous pouvons nous priver de chocolat durant le temps du carême. Nous reprendrons ensuite, manifestant par là même un acte gratuit de pénitence pour marquer notre volonté de retourner à Dieu par un sacrifice concret. Mais l’effort de conversion doit toucher plusieurs aspects et ne pas être uniquement factuel.  Chacun prendra l’exemple qui lui conviendra pour réfléchir sur une démarche de purification intérieure, qui lui permette de vivre pleinement ce détachement nécessaire des choses qui passent, pour s’attacher à Dieu et faire sa volonté.

             Il y a une dimension personnelle dans le carême et une dimension communautaire. En paroisse nous pourrions prendre le temps d’avoir une même intention de prière. Le synode diocésain s’étant terminé sur des axes de travail, je souhaite que nous puissions prier pour que les paroisses de Joinville-le-Pont et les Saints Anges Gardiens de Saint Maurice, puissent être des lieux d’évangélisation pour les jeunes, et notamment pour les collégiens et les lycéens. Je vous exhorte à prier en lien avec le souci des familles et que la prière soit lieu de partage spirituel au sein de chaque famille de nos paroisses. Prendre tous les jours un temps de prière en demandant au Seigneur d’ouvrir nos communautés à la venue des jeunes, d’être appelant et missionnaire pour la gloire de Dieu et le salut du monde. « Seigneur Jésus, nous te prions pour les jeunes que nous rencontrons, que nous connaissons, que nous côtoyons, rends nous témoin attractif de Ta Parole, envoie ton Esprit Saint sur chacun d’eux pour qu’Il puisse conformer leur vie à la volonté du Père et trouver dans nos communautés une place où l’amour est toujours présent. » 

Suite de la lettre : « Si tu es le Fils de Dieu » (1er dimanche) et « Il est heureux que nous soyons ici » (2ème dimanche) à lire dans le  document complet à télécharger en .pdf ou à prendre dans nos églises.